Lyonnais et Stéphanois : Un destin commun !

PANNEAU_Depart_Train

Le Pôle métropolitain de Lyon-Saint-Etienne (2 millions d’habitants), le plus important de France, est en place. Gérard Collomb le préside jusqu’en 2014.

Simple structure de coordination ! Strate administrative supplémentaire ! Les sceptiques trouveront toujours un angle d’attaque et ils auront raison de dénoncer un nouveau schéma d’organisation intercommunale. Pourtant, ce pôle métropolitain, le plus important de France (1), autorise une véritable ambition européenne pour Lyon, alliée (le terme a son importance) à Saint-Etienne.

Sans minorer les agglomérations du Pays Viennois et de Bourgoin-Jallieu/L’Isle-d’Abeau, éléments confortant la dimension spatiale du nouvel ensemble, dont l’essor économique s’inscrit dans la même dynamique que celui de Lyon, le fait majeur réside dans cette prise de conscience d’un destin commun entre Lyonnais et Stéphanois.

Rien n’est définitif et tout reste à démontrer mais un mouvement est pris. Pourtant sa mise en œuvre fut complexe ! Au-delà de l’opposition attendue de l’opposition de droite au Grand Lyon dont les arguments ne sont pas à ignorer (non participation de Satolas, site de l’aéroport et de la gare TGV, discontinuité urbaine), la prime réserve de la Région est à retenir. Son président socialiste, Jean-Jack Queyranne, a même utilisé le qualificatif d’ovni pour souligner son sentiment d’imprécision du projet. Sa crainte portait sur un déséquilibre dans l’aménagement du territoire entre les villes et les campagnes. Il est désormais rassuré  car les compétences sont désormais définies. En effet, il s’agira d’une instance de coordination de projets communs dans les domaines du développement économique, la promotion de l’innovation et de la recherche, l’aménagement du territoire, la culture et surtout le transport. Un syndicat mixte de transport sera créé début 2013 et la Région le pilotera !

Enfin le risque d’une technostructure supplémentaire est évité puisque le pôle métropolitain comprendra 5 personnes et son budget de fonctionnement sera de  950.000 euros. Il est à signaler l’accueil réservé du Département de la Loire (majorité UMP) et le soutien (sans enthousiasme particulier) du Département du Rhône.

De fortes complémentarités à conforter

Les deux agglomérations lyonnaise et stéphanoise n’ont jamais véritablement cherché à agir de concert. Les premiers pas tentés par Michel Noir et François Dubanchet, avec pour symbole le parc économique Stélytec à Saint-Chamond, semblent lointains. C’est oublier l’étonnante complémentarité économique de ces deux bassins. Le grand mérite des stéphanois se trouve dans leur capacité à se remettre en cause, en écartant la nostalgie des épopées  mythifiées de la mine, de la Manufacture d’armes ou encore celle de la feu coopérative Manufrance. L’industrie métallurgique s’est maintenue par la double volonté de modernisation technique et d’innovation sur les produits (notamment dans le domaine médical) ; le Pôle de l’eau témoigne d’un élargissement des activités et le tertiaire prend le relais. Lyon, s’appuyant sur une dynamique métropolitaine, s’est renforcé dans les domaines de la pharmacie et des biotechnologies, de la chimie «verte » et des services aux entreprises.

Des synergies sont établies, d’autres sont à trouver et le pôle métropolitain se doit de constituer un levier partagé. Dans le même temps, l’obligation de réussite pour bénéficier définitivement du label d’excellence « Idex » va amener les responsables universitaires de Lyon et de Saint-Etienne à travailler de façon étroite tant sur la mutualisation des moyens que sur l’élaboration de plateformes communes de recherche.

Un esprit est à créer. Symboles d’ouverture et d’équilibre, le Grand Lyon ne dispose que de 48% des voix ; le siège officiel de la nouvelle instance se trouve au carrefour central du pôle à la Maison du Rhône de Givors. Maurice Vincent, président de Saint-Etienne Métropole succédera à Gérard Collomb en 2014. Restent à bâtir des projets communs pour constituer une véritable « euro-métropole ».

La rédaction

(1)    Il regroupe le Grand Lyon, Saint-Etienne métropole, le Pays Viennois et la CAPI Porte de l’Isère (140 communes)

[box] Les chiffres clés du Pôle métropolitain : > 64 conseillers (dont 31 désignés par le Grand Lyon) > 2 millions d’habitants > 1600 km2 de superficie (50% espaces non urbanisés)[/box]

[box] A voir l’Exposition « Qui sont les habitant métropolitains ? » du CAUE. A retenir son Focus sur les transports/ 7 lignes de tramway 21% des déplacements urbains en TC sur l’agglomération lyonnaise, 12 autorités organisatrices des transports, 21 km parcourus par jour et par habitant métropolitain, 41 minutes entre Lyon et Saint-Étienne en TER, 15 000 usagés quotidiens sur la ligne TER Lyon – Saint-Étienne Source CAUE[/box]