Le commerce de proximité refait surface

Hypermarket_clerk_filling_up_storage_racks
   Finalement le commerce physique a de beaux jours devant lui ! C’est la première leçon que l’on peut tirer de l’étude de PwC, réalisée cet été auprès de 19 000 web-acteurs partout dans le monde.

Pourtant, on le sait menacé. Selon un récent sondage de l’IFOP, si 62% des Français restent fidèles au magasin comme lieu d’achat, pour près de la moitié d’entre eux, Internet est à présent la première source d’informations préalable à l’achat.

Plusieurs études sur les achats de Noël ont cependant noté ces derniers temps une tendance inverse, confirmée par l’étude PwC : les Français qui achètent des produits en ligne délaissent de plus en plus internet pour les points de vente physiques. Le taux moyen de pénétration des enseignes physiques a ainsi progressé cette année de 3,7%.

Ce fait n’a d’ailleurs pas dû échapper aux grandes enseignes de l’e-commerce puisque Amazon va ouvrir son premier magasin physique à New York.

La seconde leçon de l’étude fournit l’explication de ce retournement : le commerce physique tire son épingle du jeu parce qu’il a su évoluer. Les magasins se sont modernisés, notamment avec des outils digitaux, répondant aux besoins des clients qui utilisent souvent de multiples canaux avant d’acheter. La stratégie cross canal adoptée par de nombreux acteurs du commerce physique, multiplie les opportunités de vente en accompagnant le consommateur pendant tout le processus d’achat grâce à la mise en complémentarité de plusieurs canaux. Depuis les sites marchands et les comparateurs de prix consultés sur internet jusqu’à l’achat, le consommateur se fraie un chemin qui passe par un magasin pour mieux appréhender le produit, peut-être une borne interactive pour vérifier des détails, les réseaux sociaux pour imiter un autre consommateur, et pourquoi pas, une application e-commerce pour passer commande avec son smartphone.

Les comportements changent, mais le commerce, pressé par ce mouvement, évolue sans forcément se briser sur les nouvelles technologies. Et Internet, de grand loup qu’il était, ne sera peut-être bientôt plus qu’une partie de la stratégie cross-canal indispensable au commerce physique.