Emmanuel Imberton : Président d’une CCI en ordre de marche

emmanuelimbrtton
 
   Il n’a eu de cesse depuis le début de l’année de montrer combien désormais la CCI de Lyon dont il est le nouveau président est au travail, au service de ses adhérents dans le contexte économique jugé toujours préoccupant.

 Emmanuel Imberton, récemment désigné par ses pairs (en remplacement de Philippe Grillot, contesté par le Medef et la CGPME pour ses propos sur la réforme des CCI et la place de la CCI de région), veut témoigner de son engagement à tourner la page de cet épisode de tension pour se consacrer aux attentes des entrepreneurs. Il l’a réaffirmé lors de la traditionnelle présentation des vœux au Palais de la Bourse devant plusieurs centaines d’acteurs économiques de la métropole lyonnaise. Il estime que la CCI de Lyon se trouve renforcée par cette épreuve dans la mesure où l’équipe s’est soudée. Il ne peut ignorer que le sentiment est plus réservé pour des observateurs extérieurs mais il met toute sa détermination à avancer et ses propos tenus lors d’entretiens ou de rencontres institutionnelles ont le mérite de la cohérence.

Emmanuel Imberton rappelle que le débat sur la réforme consulaire est clos, que le niveau de la région pour assurer une coordination des actions menées par les CCI est un choix logique et qu’il va s’inscrire parfaitement dans cette refonte dont l’un des objectifs est de réduire les coûts de fonctionnement par une mutualisation des services. Il l’a dit dès son installation à la tête de la CCI de Lyon et le répète. Il doit pour cela répondre à l’obligation de réduire le budget de 20% puisque les ressources fiscales des CCI vont baisser de même façon comme le définit la loi de Finances 2014.

Il se veut confiant et travaillera avec les services pour trouver des solutions. Il sait que la démarche est complexe et veut dans le même temps dégager des ressources nouvelles pour mener une politique d’équilibre. Et de rappeler que l’un des outils de cette orientation est justement la future Place d’Echange qui s’installera dans la Salle de la Corbeille. Cette structure de financement des PME par des partenaires régionaux devrait être opérationnelle rapidement. Le dossier d’une éventuelle vente de la part majoritaire détenue par la CCI au sein de la SEPEL (société assurant la gestion d’Eurexpo / bail arrivant à échéance en 2015) à un acteur lyonnais de préférence (GL Events détient 48% du capital de la SEPEL) sera l’un des sujets à traiter par le nouveau président de la CCI.

Il devra aussi faire un point de situation sur le dossier d’Aéroports de Lyon même si l’Etat ne semble plus pressé de céder ses parts. Une solution régionale avait été acceptée par tous les acteurs partenaires (dont le Grand Lyon, la Région et le Département) pour procéder à l’acquisition des parts nécessaires afin de détenir la majorité au sein de la société.

Pour assurer toutes ces initiatives, Emmanuel Imberton a un atout, sa capacité de travail. Elle est connue dans toutes ses activités, syndicales au sein de la CGPME, patronales au sein de son entreprise dont il aime à rappeler qu’il s’agit d’une reprise d’activité.

Il est également sur le terrain et visite les agences décentralisées de la CCI car elles ont une mission de proximité avec les acteurs des zones économiques de la région lyonnaise, celles dont la croissance a conforté la dynamique de développement de la métropole régionale. L’année 2014 va constituer un exercice déterminant dans son mandat, il le sait alors veut avancer au plus vite.

Y.E.