Dossier de rentrée : L’avenir de la LGV Lyon-Turin

transalpine mag BD

   Le Sommet franco-italien qui se déroulera à Lyon le 27 septembre prochain devrait régler les divergences entre les deux pays. Après la volonté du gouvernement de ne pas laisser les chantiers STX passer sous drapeau italien, la question du devenir du chantier de la LGV Lyon-Turin a été posée par la ministre des Transports, Elisabeth Borne. La surprise a été grande du côté transalpin car le dossier avait été validé en 2016. Il est vrai que la Cour des Comptes n’a de cesse lors de la présentation de son rapport annuel de souligner le coût de cette réalisation : 26 milliards d’euros.

Les acteurs économiques régionaux (l’association Transalpine rassemble des entreprises favorables au projet) tiennent à cet équipement qui suscite des oppositions de la part de nombreuses associations soucieuses de l’utilisation des fonds publics ou  de l’environnement.

Désormais, il faudra sortir de l’incertitude car plusieurs grands marchés devaient être passés dès 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *